Accueil  >  Présentation  >  Présentation
  • Version imprimable
  • Revenir à la taille initiale
  • Agrandir la taille du texte

Présentation

Le Rézo Addictions 41 est un réseau de santé porté par :

  • la médecine générale représentée par l’Association de médecins généralistes (MG.ADDOC) du département, soit plus de 60% des effectifs.

 

  • le Centre Hospitalier de Blois et son unité d’addictologie de liaison.

 

  • Les associations spécialisées / ANPAA 41  et  VRS

 

Au-delà des membres fondateurs, un ensemble d’acteurs de terrain sont engagés dans un partenariat actif qu’il s’agisse d’institutionnels ou de libéraux.

Le Président du Comité de Pilotage du réseau (COPIL) est le Docteur THENAISY.

En 2006, ce projet a été reconnu d’intérêt public au travers de la dotation régionale des réseaux par nos financeurs : URCAM et ARH.

 

La coordination du Rézo Addictions 41 est effectuée par la plateforme médico-psycho-sociale :

► Dr Anne-Marie BRIEUDE, Coordinatrice Médicale mise à disposition par l’hôpital de Blois

►Mme Isabelle GAILLARD, Chargée de mission administrative à mi-temps.

► Mmes Maryline ROUSSELET et Manuela LAURENT, sur un équivalent temps plein d’infirmière de coordination départementale.

►Mme Elodie COLAS, un temps plein secrétaire.

 

Communication

  • Site internet du rézo addictions 41 :  

 

Cartographie départementale des lieux ressources
Demande d’inclusion en ligne
Protocoles en ligne
Liens partenariaux
Etc

  • Une feuille de chou trimestrielle : 

 

Articles humoristiques  sur les addictions, nouvelles sur le département

 

Soutien à la coordination des soins de santé

  • La Validation médicale de l’inclusion et la création du  PPS :

 

Le médecin coordinateur ou l’interne du réseau valide les demandes d’inclusion des patients en contactant l’adresseur, en contactant le patient et son médecin généraliste avec son accord pour effectuer un Plan Personnalisé de Soins (PPS).

Ce PPS est adressé au patient pour validation avec une charte du patient, et un premier questionnaire de qualité de vie, ré adressé systématiquement tous les 3 mois. L’usager retourne par courrier ces documents pour valider son inclusion de façon formelle.
Le PPS sera adressé avec son accord à son médecin généraliste.

 

  • Le suivi du PPS par l’infirmière de coordination :

 

L’infirmière de coordination se déplace au plus près de l’usager et souvent avec l’adresseur (transmission de lien) afin d’évaluer ensemble les difficultés rencontrées devant une situation clinique addictologique, à chaque rencontre elle effectue une évaluation en fonction du PPS défini de départ.
Cette évaluation après validation par le patient sera ré adressée au médecin généraliste et au patient.

  • La réunion de synthèse ou RCP² : 

 

Une RCP² pourra être effectuée soit au cabinet médical,  au domicile de la personne, ou  dans tout autre lieu ressource avec le  patient  et l’ensemble des professionnels qui l’accompagne ; elle  permet :

D’amener un échange de savoir-faire et une culture commune
De faire du lien entre le patient et les partenaires des champs médico psycho sociaux
De recréer du lien interprofessionnel autour des situations cliniques complexes
De suivre le projet de soin du patient en gardant le médecin généraliste pivot des soins
De régler les difficultés dans une technique de résolution de problèmes
De garder chaque professionnel dans ses missions et dans les priorités du patient
D’évaluer les co-dépendances et d’accompagner les familles.
De fortifier l’alliance thérapeutique

  • Les commissions des situations complexes addictologiques par bassin de soins, permettent de : 

 

Décloisonner le sanitaire, du médico-social, du social et des soins primaires autour des difficultés rencontrées.
Améliorer les filières.
Amener des connaissances communes et partagées.

Formations des professionnels de santé libéraux :

  • Elaboration de formations à la carte, en plus des RCP² qui sont des formations/actions.

 

Ces outils permettent d’accomplir les missions du Rézo Addictions 41 :

Répondre aux difficultés des partenaires devant des situations complexes, pour  :

• Permettre au médecin une approche médicale plus ciblée, le déchargeant des problèmes sociaux et psychologiques spécifiques

• Elaborer avec le patient dans son environnement un ou des projets de soins

• Améliorer la communication avec les acteurs spécialisés accompagnant le patient et/ou sa famille

• Coordonner les soins autour du médecin généraliste

• Avoir une expertise médicale addictologique

• Faciliter les possibilités d’hospitalisations programmées de proximité

• Faciliter le montage de dossier SSR (cure ou post-cure) en connaissance des spécificités de chaque lieu

• Permettre au patient isolé, sans possibilité de déplacement, un soin spécialisé de proximité dans le parcours coordonné

►Répondre à la demande de formation  des médecins généralistes et de tous les professionnels et/ou bénévoles  des champs médico-psycho-sociaux

►Améliorer l’accès aux soins par bassin géographique :

• Mise  en place de commissions pluridisciplinaires de réflexions par bassin de soins pour analyser les difficultés rencontrées, améliorer les filières de soins et les articulations ville/hôpital : Blois, Vallée du Cher, Vallée du Loir.

►Améliorer et coordonner la prévention sur le département :

• Mise  en place de  la  Commission Prévention des addictions développée et pilotée par la FRAPS.